Tenue à Témara des concertations territoriales sur « l’école de qualité pour tous »

Les concertations territoriales sur « l’école de qualité pour tous » ont été au menu d’une rencontre organisée, mercredi à Témara, dans le but d’impliquer les acteurs territoriaux dans le succès de cet important chantier sociétal.

Cette rencontre tenue à la Plateforme des jeunes de Skhirat-Témara « Jussur », en présence notamment du gouverneur de la préfecture de Skhirat-Témara, Youssef Draiss, s’inscrit dans le droit fil des consultations nationales pour « une école de qualité pour tous », lancées par le ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports, dans une démarche innovante de co-construction d’une école de qualité à fort ancrage territorial.

Les concertations visent à atteindre trois objectifs, avec comme priorité de faire interagir les acteurs locaux de manière coordonnée quant aux différentes mesures de la feuille de route du chantier en question, de recueillir des idées pour améliorer la qualité de l’école et de parvenir à un consensus local à ce sujet.

Ainsi, de nombreuses mesures inscrites dans le projet de feuille de route 2026-2022 ont été prises, partant du principe selon lequel l’école est un espace d’apprentissage et de cohabitation à l’échelle territoriale, et ce en vue de garantir l’implication des acteurs territoriaux dans le succès et la pérennité de leur implémentation.

Les concertations territoriales « une école de qualité pour tous » sont, de par la composition des participants et leur mode d’organisation, des espaces de débat constructif et inclusif à l’échelle locale, permettant l’émergence de propositions concrètes pour la mise en œuvre de ce projet collectif.

A cette occasion, le directeur provincial du ministère à la préfecture de Skhirat-Témara, Brahim Bencherki, a indiqué que les orientations stratégiques du projet de feuille de route se fixent trois objectifs reposant essentiellement sur l’obligation de l’enseignement pour les enfants, l’acquisition des connaissances et l’épanouissement des élèves.

Il a également souligné l’impératif d’accélérer la réforme du système éducatif en canalisant les efforts engagés afin d’atteindre l’impact escomptéen termes de qualité, indiquant que la feuille de route repose sur trois axes majeurs à savoir l’enseignant, l’élève et l’établissement scolaire.

L’objectif est de former des d’élèves épanouis, maîtrisant des compétences de base et ayant parachevé leur cursus obligatoire. Il s’agit aussi d’avoir des enseignants pleinement engagés pour garantir la réussite de l’apprenant, bien formés et mieux valorisés, ainsi que des établissements scolaires modernes dirigés par une équipe pédagogique dynamique qui offre un environnement propice à l’épanouissement, a-t-il expliqué.

Et de relever que trois conditions sont à réunir pour réussir la mise en œuvre de ces objectifs stratégiques : la gestion du changement par l’engagement constructif de tous les intervenants, le renforcement des capacités des acteurs de sorte à favoriser un impact de la réforme auprès des apprenants, ainsi que la mobilisation des ressources financières nécessaires pour la durabilité de la réforme.

De son côté, le gouverneur de la préfecture de Skhirat-Témara, Youssef Draiss, a précisé que ces concertations territoriales ont pour objectif de tracer les grandes lignes de la réforme du système éducatif, relevant la nécessité de réhabiliter l’école publique qui a vu l’émergence de nombreux cadres et compétences.

M. Draiss a aussi souligné l’importance de la coordination entre l’ensemble des acteurs locaux et les services compétents de la préfecture afin d’assurer la concrétisation des programmes de réforme, à travers des plans et des ateliers auxquels participent les enseignants, les élèves et les établissements scolaires.

Au programme de cette rencontre, figurent des ateliers thématiques portant sur « la place de l’école de qualité dans le développement de la collectivité territoriale », « le soutien de la collectivité territoriale à l’école » et « la mise en adéquation entre l’ambition locale et l’ambition scolaire ».