Sidi Kacem : L’INDH au centre de la dynamique de soutien à la scolarité

Par : Ali Refouh

De par les moyens financiers et humains mobilisés et la qualité du ciblage qui lui est reconnue et qui fait sa réussite, l’INDH se positionne aujourd’hui comme un acteur clé de la dynamique de soutien à la scolarité dans la province de Sidi Kacem.

En effet, la promotion d’une scolarité de qualité pour les générations montantes est hissée au rang des priorités dans l’action de la phase III de l’INDH, qui s’articule autour de quatre programmes volontaristes, dont deux nouveaux programmes (3 & 4) qui s’attaquent aux principales causes du retard en termes de développement humain tout au long de la vie.

Justement, le programme 4 destiné à répondre à l’une des causes principales du déficit en développement humain n’est autre que l’ »Impulsion du capital humain des générations montantes », qui inclut entre autres l’enseignement préscolaire et l’épanouissement et la réussite scolaires.

L’objectif de ces deux thématiques est de généraliser l’enseignement préscolaire dans les zones rurales et reculées, en partenariat avec le département de l’Éducation nationale, et de réunir les conditions nécessaires à la réussite scolaire et à l’épanouissement de l’enfant et de l’adolescent, en mettant la main sur les facteurs de la déperdition scolaire qui accroît les risques de marginalisation de nombreux jeunes.

Sur ce registre, l’accent est mis sur le monde rural qui, de par ses particularités, pose plusieurs défis liés à l’inégalité d’accès à l’enseignement, notamment pour les filles.

Relevant ce défi dans une province au cachet rural dominant, le Comité provincial de développement humain (CPDH) de Sidi Kacem accorde une grande importance à ce volet vital pour l’avenir du Maroc. Dans ce sens, les chiffres restent révélateurs de l’ampleur de l’effort engagé.

Ainsi, une enveloppe globale de 46,392 millions de DH, supportée à hauteur de 34,241 millions par l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), est allouée au soutien du secteur de l’Éducation dans la province, au titre de l’année scolaire 2021-2022.

Cofinancés avec le Fonds de développement rural et des zones de montagne (FDRZM), dont la contribution s’élève à 12,151 millions de DH, soit 26%, contre 74% pour l’INDH, les projets programmés dans ce cadre bénéficient au total à 123.903 personnes, selon des données recueillies auprès du Comité provincial de développement humain (CPDH) de Sidi Kacem.

Parmi ces projets, le préscolaire s’accapare un budget de 15,209 MDH, totalement à la charge de l’INDH, suivi du transport scolaire, qui nécessite une enveloppe de 14,671 millions, dont 2,6 MDH alloués par l’initiative.

Concernant le logement scolaire, notamment les Maisons de l’étudiant et de l’étudiante, dont le nombre dépasse les 32, plusieurs unités ont été mises à niveaux dans la province, a précisé à ce propos Mohamed Jarrah, chef de la division de l’action sociale à la province de Sidi Kacem, affirmant que ces établissements contribuent à la lutte contre la déperdition scolaire, notamment pour la fille rurale.

Le soutien au préscolaire dans le monde rural est un axe primordial, a-t-il poursuivi dans une déclaration à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP, expliquant que depuis le lancement de la phase III de l’INDH, le CPDH de Sidi Kacem a programmé plus de 160 unités au niveau des douars relevant de la province.

Au titre de 2021, un total de 50 unités de préscolaire sont programmées, pour un investissement global de plus de 15 MDH, a-t-il fait savoir.

Côté impact social, l’opération « Un million de cartables » profite à 94.313 bénéficiaires, alors que les projets des activités parascolaires touchent 19.700 personnes et ceux relatifs au préscolaire ciblent 3.200 personnes.

Selon les mêmes données, les projets du transport scolaire ciblent 3.000 bénéficiaires, ceux du soutien scolaire 1.000 bénéficiaires, ceux de la santé scolaire 2.000 bénéficiaires et ceux des Maisons de l’étudiant(e) 690 personnes.

Cette contribution énorme de l’INDH n’est pas sans influencer positivement les indicateurs de l’enseignement dans la province.

D’après Mohammed Ait Ouadif, directeur provincial du ministère de l’Éducation nationale, du préscolaire et des sports à Sidi Kacem, le programme relatif au préscolaire a été mis en œuvre avec succès au niveau de la province grâce aux efforts énormes consentis avec les partenaires, notamment l’INDH.

Dans une déclaration similaire, il a précisé que jusqu’à présent, 53 classes du préscolaire au total ont été mises à niveau et équipées, alors que 114 autres ont été construites et équipées, soit un taux de 85% de généralisation du préscolaire, ajoutant que la province dépasse ainsi le taux national qui est 74%.

Parmi les autres indicateurs dévoilés par le responsable figure celui du transport scolaire. La province dispose de 176 bus de transport scolaire, profitant à quelque 16.700 élèves, soit l’une des plus importantes flottes de bus scolaires au niveau de la région Rabat-Salé-Kénitra.

Ce dispositif a, d’ailleurs, été renforcé avec la mise en circulation de 35 nouveaux bus. Remis mardi par le gouverneur de Sidi Kacem, El Habib Nadir, ces bus de transport scolaire ont été acquis grâce à un cofinancement de l’INDH et du FDRZM, au profit de 24 communes rurales.

Le programme “Tayssir” d’appui aux familles nécessiteuses afin d’alléger leurs charges et assurer de bonnes conditions de scolarité à leurs enfants, profite à 76.000 élèves des cycles primaire et collégial et à 47.000 familles. La province dispose en effet de 14 internats ainsi que des cantines au niveau du primaire, en plus des Maisons de l’étudiant(e).

Au-delà des chiffres, l’impact humain de ces programmes et projets reste inestimable pour la population. L’Espace de préscolaire à la commune de Zirara (province de Sidi Kacem) en demeure l’illustration parfaite. Situé dans une zone rurale, cet établissement offre un espoir d’un démarrage réussi dans la vie pour les enfants de cette zone.

Selon Latifa Chemlal, éducatrice, cet établissement accueille plus de 160 enfants de 4 à 5 ans, encadrés par quatre éducatrices qui interviennent dans une phase importante de la vie de l’enfant, lors de laquelle il construit sa personnalité, développe ses capacités et se prépare à accéder avec succès à l’enseignement primaire.

“Notre activité s’appuie sur les pédagogies actives, comme la pédagogie par le jeu ou la pédagogie de l’erreur”, a-t-elle expliqué, notant que “l’INDH a mis à notre disposition le matériel pédagogique nécessaire et un espace agréable propice au travail et à la performance”.

Un autre exemple de la chance qu’offrent les programmes de l’INDH au niveau de la province : la Maison de l’étudiante à la commune de Dar El Gueddari (province de Sidi Kacem), qui accueille 60 bénéficiaires issues des communes rurales avoisinantes, afin de les rapprocher de leurs collèges et lycées et leur assurer de bonnes conditions de scolarité.

“Nous ne voulons pas que notre rôle se limite au logement et à la restauration, pour englober aussi la consolidation des capacités cognitives et intellectuelles des bénéficiaires, qui intègrent notre établissement à 12 ans et la quittent après avoir obtenu le baccalauréat à 18 ou 19 ans”, a déclaré à la MAP Mohamed Gueddari, président de l’association Maison de l’étudiante Dar El Gueddari.

Le taux de réussite des bénéficiaires au baccalauréat avoisine actuellement 100% grâce aux actions de soutien et d’accompagnement et bien d’autres services, comme les cours de consolidation, ainsi que les installations mises à leur disposition comme la salle d’informatique multifonctions et les espaces d’études, s’est-il réjoui.

C’est entre les murs de tels espaces et établissements que des hommes et femmes, croyant dur comme fer que l’avenir des nations se construit par l’humain, sèment dans ce terreau fertile et prometteur, que sont les jeunes générations, les valeurs et les connaissances qui les prédisposent à bâtir une société solide et prospère.