Recherche en diabète: Deux travaux mettant la technologie au service du patient se partagent le Prix Sanofi

Deux travaux mettant l’intelligence artificielle et l’application mobile au service des patients diabétiques se sont partagé le prix Sanofi de recherche en diabète 2021, dont les lauréats ont été récompensés lors d’une cérémonie organisée samedi à Skhirat.

La première place de la 4ème édition de ce prix est revenue exæquo à Imane Motaib, de l’université Mohammed VI des sciences de la santé à Casablanca, pour son travail sur la prédiction du déséquilibre glycémique chez les patients diabétiques non-jeûneurs durant le mois de Ramadan en utilisant les outils d’intelligence artificielle, et Imane Rami, du CHU Mohammed VI d’Oujda pour l’application marocaine d’autogestion du diabète de type 1 « Ana wa soukari ».

La troisième place a été attribuée à Yousra Settati, du service d’endocrinologie-diabétologie et maladies métaboliques au CHU Ibn Rochd de Casablanca, pour son travail sur l’efficacité du télé-consulting dans le suivi des grossesses diabétiques durant la pandémie de Covid-19.

Ce prix est initié par Sanofi-Maroc en collaboration avec la société marocaine d’endocrinologie-diabétologie-nutrition (SMEDIAN) et placé sous l’égide du ministère de la Santé et de la protection sociale.

Le travail sur la prédiction du déséquilibre glycémique chez les patients diabétiques non-jeûneurs durant le mois de Ramadan, en utilisant l’intelligence artificielle, particulièrement les machines learning, a permis de définir les facteurs de risque de déséquilibre chez ces patients, ainsi que les seuils à partir desquels le patient risque de déséquilibrer son diabète durant le mois de jeûne, a expliqué Mme Motaib.

Dans une déclaration à M24, chaîne d’information en continu de la MAP, la représentante du département d’endocrinologie, diabétologie, maladies métaboliques et nutrition à l’université Mohammed VI des sciences de la santé à Casablanca, a précisé que grâce à cette méthode, « on a pu également déployer des outils de façon à aider les praticiens à prédire les déséquilibres chez ces patients ».

Mme Rami, médecin résidente au service d’endocrinologie-diabétologie-nutrition au CHU Mohammed VI d’Oujda, a de son côté relevé que l’application “Ana wa soukari” est conçue et développée par une équipe médicale en collaboration avec le service informatique et le service communication du CHU d’Oujda.

Simple et animée en bande dessinée pour faciliter l’accès à l’information, cette application est dédiée aux patients diabétiques de type 1 pour les aider à autogérer leur maladie, à travers plusieurs rubriques, a-t-elle expliqué.

La technologie au service du patient diabétique n’a pas été le seul axe des travaux en lice pour ce prix, qui gagne en prestige d’année en année par la diversité et la qualité des recherches en lice.

A ce propos, le président directeur général de Sanofi Maroc, Amine Benabderrazik, note avec satisfaction que 24 travaux de recherche ont été soumis au jury de l’édition 2021, par des médecins chercheurs des CHU et hôpitaux militaires d’Agadir, Casablanca, Fès, Marrakech, Oujda, Rabat et Tanger.

Ces travaux, a-t-il précisé, portent sur l’actualité épidémiologique, notamment la pandémie de Covid-19 et son impact sur la prise en charge du diabète, ainsi que sur des thématiques importantes comme le diabète et le Ramadan, le diabète de l’enfant, la diabète chez la femme enceinte, le pied diabétique et la digitalisation de l’éducation thérapeutique et du contrôle glycémique.

Lors de la cérémonie de remise des prix, M. Benabderrazik a indiqué que depuis la création de ce prix en 2018, 117 travaux de recherche ont été soumis par des médecins chercheurs exerçant dans les centres hospitaliers universitaires, hôpitaux militaires et médecine libérale, faisant remarquer que cette quatrième édition intervient dans un contexte particulier.

“Dans ce contexte certes difficile, nous avons tenu à maintenir notre engagement responsable et commun en faveur de la promotion de la recherche et des connaissances scientifiques au Maroc”, a noté le responsable, estimant que la pandémie de Covid-19 est venue démontrer la place de la recherche, dans la mesure où l’industrie et les chercheurs ont joué un rôle essentiel dans l’avancement de la science et la résolution des problèmes de santé publique.

L’année 2021 a vu encore plus de collaboration et une accélération de l’innovation pour préserver la santé humaine, a-t-il ajouté, affirmant que l’accès aux traitements innovants doit devenir une réelle priorité devant les leçons tirées de la pandémie actuelle.

De son côté, le directeur de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé et de la protection sociale, Mohamed Youbi, a mis en avant les efforts consentis pour lutter contre le diabète, ajoutant que plusieurs défis restent à soulever en matière de recherche scientifique, d’où l’importance de cette initiative qui va contribuer à l’encouragement de la recherche dans le domaine du diabète.

L’objectif ultime de la recherche est d’apporter, d’une part, des solutions innovantes dans la prise en charge des diabétiques pour leur assurer une meilleure qualité de vie et, d’autre part, contribuer à la diminution du fardeau économique de cette maladie et ses complications sur le système de santé, a indiqué M. Youbi.

Pour sa part, le directeur de la Recherche scientifique et de l’innovation au ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Ahmed Hammouch, a suggéré pour les éditions à venir de ce prix une plus grande implication de l’université marocaine à la recherche scientifique portant sur le diabète.

“Notre ministère est disposé à accompagner les efforts de Sanofi et du ministère de la Santé pour mieux appréhender le diabète, via le lancement d’appels à projets conjoints impliquant tous les chercheurs au niveau national ou toute autre forme de coopération”, a affirmé le responsable.

Cette cérémonie a été précédée d’une conférence de presse pour jeter la lumière sur les volets organisationnels et scientifiques de cet événement.

A cette occasion, M. Hamdoun Lahassani, président de SMEDIAN, a indiqué que les travaux en lice avaient tous une grande valeur scientifique pour la prise en charge des diabétiques, relevant qu’il n’était pas aisé de les départager.

Pour sa part, Mme Asma Chadli, présidente du jury et cheffe du service endocrinologie au CHU Ibn Rochd à Casablanca a expliqué que l’évaluation des travaux est effectuée sur la base d’une grille qui a été élaborée par les membres du jury depuis la première édition et qui a été au fur et à mesure améliorée. Le jury insiste, selon elle, à la fois sur la forme et sur le fond du travail, ainsi que sur sa pertinence et ses retombées sur la santé publique.

La cérémonie de remise des prix a été ponctuée par un panel sur le thème « Diabète au Maroc: indicateurs, prise en charge et évolution des traitements », animé par un parterre de spécialistes et universitaires, ainsi que par la remise d’un trophée symbolique aux membres du jury. Un hommage a été aussi rendu au ministère de la Santé et de la protection sociale et au ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’Innovation, pour leur soutien aux initiatives visant la promotion de la recherche scientifique.

S’inscrivant dans le cadre de la journée mondiale du diabète, le prix Sanofi de recherche en diabète a pour objectif de contribuer au développement de la recherche biomédicale en général et en diabète plus particulièrement. Il récompense toute recherche dans le domaine du diabète au Maroc durant les trois dernières années, après examen minutieux par un jury composé d’éminents praticiens spécialistes, universitaires et acteurs associatifs.

Cette démarche médicale sollicite les professionnels de santé actifs dans l’élaboration et le déploiement de projets de recherche liés à la prise en charge du patient diabétique au Maroc.