Plus de 350 travailleurs domestiques bénéficient de formations

Au total 355 travailleurs domestiques de la région Rabat-Salé-Kénitra ont bénéficié de formations et d’initiations adaptées à leurs besoins, dans le cadre d’un programme d’accompagnement conduit par le Réseau marocain de l’économie sociale et solidaire (REMESS) avec l’appui de plusieurs partenaires.

Les promoteurs de ce projet, financé par la Région de Bruxelles-Capitale en partenariat avec d’autres acteurs comme l’ONG belge Echos Communication, la Région Rabat-Salé-Kénitra et le CGLU Afrique, ont réussi à toucher 137 femmes de ménage, 47 chauffeurs, 130 jardiniers et 41 gardiens, à travers 19 ateliers, 22 séances de développement personnel et 26 de formation professionnelle.

Le projet, dont les résultats ont été présentés mardi à Salé, entend renforcer les compétences métiers des travailleurs domestiques, leur donner des bases juridiques, faire don de matériels adaptés, créer des entreprises de l’économie sociale et solidaire, ainsi que pouvoir, en fonction des cas identifiés, immatriculer le travailleur domestique suivant la loi 12.19 relative aux travailleuses et travailleurs domestiques au Maroc.

Dans une déclaration à la MAP, le trésorier du REMESS, Mounir El Ghazoui, a fait savoir que le projet, lancé en 2019, vise à sensibiliser les travailleuses et travailleurs domestiques à la loi entrée en vigueur il y a environ trois ans, quoique « sa mise en œuvre trébuche au niveau des contrats de travail entre cette catégorie et les employeurs, avec seulement 4.500 contrats conclus jusqu’à présent.

M. El Ghazoui a ajouté que le projet a plusieurs objectifs, notamment un accompagnement professionnel qui permet aux bénéficiaires d’obtenir un certificat professionnel à même de les aider dans la recherche d’un emploi ou la création d’entreprises de l’économie sociale et solidaire.

Une trentaine de groupes et huit coopératives s’activant dans les différentes professions domestiques sont concernés par le projet, a-t-il poursuivi, ajoutant que le programme s’est appuyé sur le digital à travers un hackathon pour la création des plateformes institutionnelles devant faciliter les actions de réseautage de ces professions et l’émergence d’espaces de formation et de sensibilisation.

De son côté, le représentant d’Echos Communication au Maroc, Gautier Brygo, a estimé que ce projet ambitieux contribuera à renforcer les compétences métiers des travailleurs domestiques, d’autant que la promotion de cette catégorie figure dans par le nouveau modèle de développement du Royaume, en harmonie avec la volonté royale de généraliser la protection sociale pour tous les Marocains.