PLF-2022 : Nouvelle impulsion à l’essor de Rabat-Salé-Kénitra

Le projet de Loi de finances 2022 (PLF) prévoit des crédits substantiels à même de booster la dynamique de développement dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, à travers des projets portés par différents départements ministériels ou des entreprises et établissements publics.

Dans le sillage du coup d’accélérateur donné à l’investissement public dans le PLF, la région devra tirer profit de ce nouveau cap qui met l’accent tant sur l’amélioration des services sociaux, essentiels au bien-être de la population, que sur la consolidation des secteurs productifs, au regard de leur impact sur la création d’opportunités d’emploi et l’augmentation des revenus.

D’importants fonds publics seront, par conséquent, alloués à la réalisation de projets ambitieux dans le secteur de la santé, dont la promotion est au cœur des priorités du programme gouvernemental.

Un budget de 1.100 millions de dirhams (MDH) est consacré au nouvel hôpital Ibn Sina du CHU de Rabat, 182 MDH au nouveau centre hospitalier provincial de Kénitra, 90 MDH à l’hôpital de proximité de Sidi Yahya, 88 MDH à l’hôpital de proximité de Jorf El Melha, 80 MDH à l’hôpital de proximité de Tamesna et 70 MDH au nouveau centre hospitalier régional Moulay Youssef de Rabat.

Les financements prévus par le PLF-2022 seront destinés également au centre médical de proximité de Salé (67 MDH), à l’hôpital de psychiatrie de Kénitra (65 MDH), au nouveau centre hospitalier provincial de Khémisset (65 MDH) et au centre hospitalier provincial de Temara (30 MDH).

S’agissant du développement du secteur de l’enseignement supérieur, le gouvernement prévoit la construction et l’équipement d’un noyau universitaire à Khémisset (10 MDH) et de la faculté polydisciplinaire de Sidi Kacem (10 MDH).

L’Académie régionale d’éducation et formation (AREF) va mobiliser, quant à elle, une enveloppe de 304 MDH pour la construction de 14 écoles primaires, 12 lycées collégiaux et 10 lycées qualifiants.

Les programmes de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) vont injecter 62 millions de dirhams pour le rattrapage des déficits en infrastructures et services de base dans les territoires sous-équipés.

Des projets de développement durable figurant dans le PLF devront avoir un impact sur l’environnement et la qualité de vie des populations, à savoir la mise en place de centres d’enfouissement et de traitement (CET) à Sidi Kacem et Kénitra (25,5 MDH) et la réhabilitation de ceux existants à Sidi Kacem, Sidi Slimane, Kénitra et Souk Larbaa.

Pour ce qui est des installations sportives, 300 millions de dirhams seront dédiés à la réalisation des travaux relatifs à la construction de l’Arena de Rabat et à la mise à niveau du complexe sportif Prince Moulay Abdellah de la capitale.

Dans le secteur névralgique de l’agriculture, qui occupe une place importante dans la vie économique de la région, des fonds significatifs sont consacrés au programme d’extension d’irrigation (65,2 MDH), au développement de l’agrobusiness (74 MDH), aux projets de plantation (51,1 MDH), au programme national d’économie d’eau d’irrigation (30 MDH) et à la filière de production animale et végétale (2 MDH).

En outre, un montant de 161,2 MDH est réservé au programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS), dans le cadre du Fonds de développement rural et des zones de montagne (FDRZM).

Un grand nombre de départements ministériels et d’établissements publics devront entreprendre de nouveaux projets d’infrastructures et d’équipements ou poursuivre les chantiers et programmés déjà lancés dans la région.