M. Ait Taleb met en évidence l’importance la souveraineté sanitaire, priorité nationale

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Ait Taleb, a mis en évidence, mercredi à Rabat, l’importance de la souveraineté sanitaire qui doit être érigée en priorité nationale des politiques publiques.

S’exprimant lors d’une conférence inaugurale sur la souveraineté sanitaire organisée à l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques, à l’occasion du 16è Anniversaire de son installation, M. Ait Taleb a estimé que la réalisation de la souveraineté sanitaire contribue à protéger les pays contre les crises économiques, sociales et politiques.

« Il n’y a pas de développement durable sans santé, et il n’y a pas de santé sans développement durable », a-t-il affirmé lors de cette session anniversaire tenue au siège de l’Académie du Royaume du Maroc sous le thème « la recherche biomédicale et l’innovation technologique au service de la lutte contre les pandémies ».

Il a, à cet égard, passé en revue l’expérience du Maroc dans la lutte contre la pandémie de la Covid-19, soulignant que l’harmonisation du système de santé avec le reste des systèmes, a contribué à créer une sorte d’équilibre dans la gestion de la crise sanitaire, faisant référence à la souffrance de certains pays en dépit de leur grand potentiel économique.

Le responsable gouvernemental n’a pas manqué de rappeler dans ce sens les Hautes Instructions Royales relatives à la réalisation de la souveraineté sanitaire en tant que partie intégrante de la sécurité nationale, et ce dans la foulée de doter le Royaume de capacités industrielles et biotechnologiques dédiées notamment à la fabrication de vaccins, à l’industrie pharmaceutique et des équipements médicaux et paramédicaux.

Par ailleurs, le ministre a évoqué les difficultés auxquelles est confronté le système de santé, notamment les défis relatifs à la difficulté de la mise en œuvre des politiques publiques dans le domaine du développement durable, aux nouvelles maladies et aux risques des catastrophes naturelles ainsi que les activités humaines nuisibles, y compris les menaces NRBC (Nucléaires, Radiologiques, Biologiques, Chimiques).

M. Ait Taleb a également mis l’accent sur le manque des effectifs dans le secteur et de l’attractivité des professions médicales, ainsi que les disparités en termes de l’offre de santé, appelant à cet égard à revoir le système de formation de base et professionnelle relatif aux professions de santé, et d’adopter un statut spécial pour la fonction publique dans le secteur de la santé.

Il a également souligné la nécessité de motiver le personnel médical, de s’ouvrir aux investissements privés, de s’appuyer sur les compétences étrangères et la régionalisation de la gestion des ressources humaines, en plus d’assurer la pérennité et la résilience des établissements de santé et de leurs installations face au changement climatique et aux catastrophes naturelles.

Dans un mot prononcé à l’ouverture de cette session, le secrétaire perpétuel de l’Académie Hassan II des sciences et techniques, Omar Fassi-Fehri, a souligné que le choix du thème de cette rencontre intervient dans le cadre des défis imposés par la pandémie de la Covid-19, notant que l’Académie avait mis en place un plan d’action en faveur du développement de la recherche scientifique sur la Covid-19 pour un investissement de 10 millions de dirhams.

Il a souligné que la célébration de l’anniversaire de l’installation de l’Académie est l’occasion de dresser le bilan des actions et des réalisations, ainsi que de dégager les points positifs et les insuffisances ayant caractérisé ses actions, ajoutant que l’Institution n’a pas cessé de soutenir la recherche scientifique, et octroyer des bourses d’excellence au profit de projets scientifiques pionniers et innovants.

L’Académie Hassan II des Sciences et Techniques organise, pendant trois jours, un cycle de conférences sur le thème « Le Rôle de la recherche scientifique biomédicale et du développement technologique face aux épidémies », animé par des médecins et des enseignants-chercheurs.