L’UM5 engagée à offrir une expérience universitaire réussie pour ses étudiants (président)

L’Université Mohammed V de Rabat s’engage à mobiliser toutes ses potentialités humaines et scientifiques pour accompagner ses étudiants et leur offrir une expérience universitaire réussie et la meilleure formation possible, a affirmé son président Mohammed Rhachi.

Dans une entrevue accordée à la MAP, M. Rhachi a souligné que l’année universitaire 2022-2023 débute sous le signe d’un retour à la quasi-normalité, avec près de 90.000 étudiants attendus à l’UM5 dont plus de 30.000 nouveaux inscrits, et une offre pluridisciplinaire, diversifiée et innovante comptant plus de 280 filières réparties en 6 pôles de formation, précisant que cette offre a été renforcée par de nouvelles filières touchant différentes disciplines telles que la licence d’études fondamentales en droit et économie, le DUT en management des métiers du sport, la licence professionnelle en cyber sécurité et ingénierie des systèmes et le master spécialisé en systèmes mondiaux de navigation par satellites.

Il a assuré que l’Université œuvre sans relâche pour offrir à chacun les meilleures conditions de travail, d’enseignement, de recherche et d’étude, notant que les défis posés par la pandémie de Covid-19 et les enseignements tirés de cette situation ont permis d’intégrer les aspects innovants de l’enseignement à distance.

Et de souligner que la réussite de l’année universitaire ne se limite pas uniquement au bon déroulement des études, soutenant que l’établissement propose une panoplie d’activités sportives, culturelles et sociales, des expériences qui permettront aux étudiants de faire de nouvelles rencontres, de s’engager dans la communauté universitaire et d’acquérir un équilibre de vie essentiel à leur réussite.

Abordant la question de l’encadrement académique surtout avec la montée en flèche du nombre d’étudiants inscrits dans les établissements relevant de l’Université au cours de ces dernières années, le responsable a fait remarquer que les prochaines années seront marquées par des départs massifs des enseignants à la retraite.

Pour faire face à cette problématique, des efforts gouvernementaux ont été consentis en matière d’octroi de postes budgétaires aux établissements universitaires, a-t-il avancé, ajoutant que le nombre des demandes émanant de la part des enseignants pour prolonger leurs activités au-delà de l’âge de départ à la retraite reste en constante augmentation ces dernières années, ce qui permet de maintenir un certain niveau d’encadrement académique.

D’autres pistes sont aussi utilisées, notamment l’implication des doctorants, assistés par les enseignants chercheurs responsables des matières et des cours, surtout pour les travaux dirigés, avec des sessions de formation en pédagogie assurées dans le cadre du centre d’innovation pédagogique, a-t-il poursuivi, sans oublier de mentionner le recours aux professionnels et experts du monde socioprofessionnel dans les activités d’enseignement, surtout dans les filières professionnalisantes (les DUT, les licences professionnelles, les masters spécialisés, etc.).

Évoquant les problèmes de massification, d’hébergement et de restauration auxquels font face les étudiants, M. Rhachi a énuméré une batterie de mesures prises, dont la construction, l’extension et l’aménagement des amphithéâtres afin d’augmenter la capacité d’accueil, et la création de nouveaux groupes de cours magistraux en tenant compte des possibilités d’encadrement pédagogique, outre les structures mises en places pour faciliter la vie aux étudiants venus d’autres villes et l’offre de restauration avec des tarifs adaptés.

Affichant les ambitions de l’université vers plus d’excellence, il a rappelé la convention signée entre les quatre universités de la région de Rabat-Salé-Kénitra (Université Mohammed V de Rabat, Université Ibn Tofail de Kénitra, Université internationale de Rabat et Université internationale Abulcasis des sciences de la santé) afin de favoriser l’officialisation du Pôle universitaire de la région (PUR-RSK) et de consacrer l’excellence académique et scientifique, et ce, lors des Assises régionales du Plan national d’accélération de la transformation de l’écosystème de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation (PACTE ESRI 2030).

L’objectif, a-t-il dit, est de faire du Maroc et de la région l’une des plateformes africaines de l’économie du savoir et un hub High-tech continental, voire international.

Ce nouveau pôle permettra, entre autres, de positionner la région en tant que leader universitaire continental, de développer la recherche et développement de pointe, de servir les projets alignés sur les priorités nationales et de mutualiser les infrastructures, les équipements et les ressources, tout en développant une offre de formation diversifiée et orientée vers l’employabilité, a-t-il conclu.