Les performances de la diplomatie marocaine en matière des droits de l’Homme au centre d’un colloque

Des chercheurs et des diplomates ont débattu, mercredi à Rabat, des performances de la diplomatie marocaine en matière des droits de l’Homme, aux niveaux national et international, et des défis liés à la relation entre l’action diplomatique et les droits de l’Homme.

Animant un colloque organisé par l’équipe de recherche en performance politique et constitutionnelle à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Souissi, sous le thème « Diplomatie des droits de l’Homme au Maroc, quels défis », les intervenants ont souligné que la diplomatie marocaine a réalisé plusieurs performances “dont les Marocains peuvent être fiers”.

Dans ce sens, le directeur des droits de l’Homme à la ligue des Etats arabes, Mounir El-Fassi a mis en avant la contribution avant-gardiste de la diplomatie marocaine dans le système des droits de l’Homme arabe, soulignant que le Royaume a élaboré le projet du plan arabe d’éducation et de promotion de la culture des droits de l’Homme, qui est en cours d’examen.

M. El-Fassi a également rappelé les contributions précieuses du Maroc au sein de la commission arabe permanente des droits de l’Homme, relevant de la Ligue arabe, tout en insistant sur l’importance d’un système des droits de l’Homme fort et solide.

De son côté, Ahmed Herzenni, ambassadeur itinérant chargé des questions des droits de l’Homme, est revenu sur les principales réalisations en matière des droits de l’Homme, dont l’installation de l’Instance équité et réconciliation et du Conseil consultatif des droits de l’Homme, le lancement du programme de réparation des préjudices collectifs et les réformes institutionnelles, ainsi que la constitution de 2011.

M. Herzenni a plaidé pour davantage de promotion des réformes engagées par le Maroc en la matière, pour le renforcement de la recherche académique et pour la coordination entre l’ensemble des acteurs et intervenants dans ce domaine.

Pour sa part, le représentant du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, Ismail Chakkouri a affirmé que la diplomatie marocaine est active dans le domaine des droits de l’Homme aux niveaux national et international, estimant que les réalisations dans ce domaine sont une source de fierté.

Intervenant par la même occasion, le doyen de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, Azzedine Ghofrane a indiqué que la diplomatie des droits de l’Homme s’impose actuellement comme un critère dans les liens entre Etats, ajoutant que le Maroc dispose d’un cumule dans ce domaine aux niveaux des conventions et des institutions diplomatiques.

Selon le chef de la filière du droit public à la même faculté, Abdelhafid Idminou, ce colloque, qui s’inscrit dans le programme “Ibn Khaldoune” de soutien à la recherche dans les sciences humaines et sociale, a pour objectif de mettre en avant le rôle des droits de l’Homme dans la politique étrangère en terme de renforcement des relations internationales et de défense des intérêts suprêmes de l’Etat.

Ce colloque intervient dans le cadre de l’élaboration du projet d’étude sur les droits de l’Homme dans la diplomatie marocaine, qui vise à suivre la cadence de l’action diplomatique nationale en la matière en termes de recherche académique.

Il a été l’occasion d’engager la réflexion sur le niveau et le degré de l’intérêt accordé par la politique étrangère et l’action diplomatique aux droits de l’Homme en tant que thème et objectif. Ce fût également un espace d’échange entre des acteurs institutionnels de différents niveaux d’orientation diplomatique et de prise de décision, ainsi que des acteurs civils et académiques, des universitaires et des chercheurs.