Les modes d’apprentissage en temps de pandémie au menu d’un colloque à Rabat

Rabat – Les divers modes d’apprentissage et de communication développés en temps de pandémie de la Covid-19 sont au centre des débats de la quatrième édition du colloque international « les technologies en éducation et formation (CITEF), qui s’est ouvert jeudi à Rabat.

Organisé sous le thème « pratique pédagogique, créativité et innovation », en partenariat entre la faculté des sciences de l’éducation-Université Mohammed V de Rabat et l’Agence universitaire de la francophonie (AUF-Maghreb), ce colloque de deux jours offre un espace de réflexion sur les nouvelles perspectives d’éducation et d’apprentissage.

A cette occasion, le vice-président de l’université Mohammed V à Rabat, Omar Hanich, a souligné que l’université est ouverte aux sciences de l’éducation et aux différents moyens de développement des dispositifs pédagogiques, ajoutant que la tenue de ce colloque illustre l’attention toute particulière accordée à l’intégration de la technologie dans l’éducation et la formation.

Il reste toutefois nécessaire de se renseigner sur les nouveautés des technologies de l’information et de la communication, dont les mutations sont de plus en plus rapides notamment en période de pandémie, a-t-il estimé.

Les nouvelles exigences entraînent une nouvelle structuration des dispositifs éducatifs, de créativité et d’innovation, a indiqué le vice-président, notant que le développement du numérique est à l’origine d’un véritable défi pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement.

Approchée par la MAP, la directrice régionale de l’AUF Maghreb Danielle Pailler a relevé que l’Agence universitaire de la francophonie œuvre à la promotion de l’innovation pédagogique dans les programmes scolaires en intégrant notamment la numérisation et les nouveaux dispositifs pédagogiques.

Il a en outre mis en avant les programmes de soutien aux chercheurs dans la région du Maghreb, visant à encourager la recherche en la matière, tout en proposant des solutions pratiques pour soutenir la transformation numérique.

Pour sa part, le doyen de la faculté des sciences de l’éducation Abdellatif Kidai a indiqué que cet évènement se propose de favoriser la mise en place d’un cadre adéquat en vue de bénéficier des avantages des plus récentes technologies d’éducation et de formation, tout en promouvant la recherche scientifique en collaboration avec l’AUF.

M. Kidai n’a pas manqué de mettre en exergue les multiples projets de l’Université Mohammed V visant à mettre le numérique au service de l’enseignement supérieur et de l’amélioration du système éducatif.

Les professionnels et les experts du secteur ont abordé lors de cette rencontre les problématiques rencontrées dans le domaine éducatif en temps de crise sanitaire. Animés par des spécialistes marocains et français, les échanges ont permis de traiter des voies et possibilités de promouvoir un enseignement de qualité en direction des plus jeunes.