Les greniers collectifs, un patrimoine « assez méconnu »

Les greniers collectifs constituent un patrimoine « assez méconnu » qui doit être compris dans ses spécificités, a souligné l’anthropologue et architecte, Salima Naji, qui donnait, mercredi à Rabat, une conférence à l’Académie du Royaume du Maroc.

Mme Naji a, à cette occasion, mis la lumière sur la valeur patrimoniale des greniers collectifs, constructions traditionnelles particulières au Sud marocain, à vocation défensive et de stockage qui abritent les cases de l’ensemble d’une communauté, dont certaines sont encore en activité, alors que la plupart tendent cependant à être abandonnées.

« Si ces greniers collectifs sont toujours en activité, s’ils représentent quelque chose aujourd’hui.. c’est parce qu’ils sont reliés à des systèmes de solidarité et de réseaux de sacrés extrêmement importants », a-t-elle relevé, insistant sur la nécessité de restaurer, dans des règles d’art et avec beaucoup de réserve et de déontologie, ces « lieux sacrés qui constituent le symbole d’une organisation tribale harmonieuse régie par des droits coutumiers » et ce, en développant une démarche qui tient compte du site et du contexte social, historique et touristique.

Dans ce sens, elle a mis l’accent surtout sur les pratiques associées à ces lieux traditionnels. « Quand il s’agit de restaurer un grenier collectif, il faut surtout veiller à ne pas gommer les pratiques des communautés qui y sont associées », a fait observer l’anthropologue.

Au-delà du sauvetage et de la restauration des sites, Mme. Naji a jugé nécessaire de préserver la « beauté et la majesté des greniers et des murs », derrière lesquels il existe non seulement des « usages et des coutumes », mais aussi des textes et des manuscrits à valeur sacrée et qui peuvent donner des leçons d’architecture.

Mme Naji a également passé en revue, avec des photos et vidéos à l’appui, l’ampleur du travail de restitution qu’elle a accompli en collaboration avec plusieurs acteurs étatiques et non-étatiques sur les grands réseaux de Zawyas (tombeaux-mosquées) et Oasis enchâssés dans les Ksars, et qui a permis de « sauver plusieurs sites » et « pénétrer au cœur des sociétés de l’Atlas », grâce notamment aux efforts des maçons auxquels elle a rendu un grand hommage, tout en appelant à « s’occuper un jour de leur statut ».

« Il s’agit d’une restauration impulsée de l’intérieur et orchestrée par les communautés elles-mêmes depuis les maîtres-maçons et ouvriers recrutés sur place jusqu’aux décisions prises de façon collégiale à la Zawya du village », a-t-elle précisé, notant que cette technique de restauration « est la seule méthode viable aujourd’hui pour restaurer les greniers collectifs du Royaume ».

Par ailleurs, Mme Naji a évoqué le patrimoine architectural en péril du Sud du Maroc, plaidant dans ce sillage à son restitution. « La disparition de ce bien commun signifie la fin de toute une civilisation particulière », a-t-elle averti.

Dans son allocution d’ouverture de cette conférence, Driss Alaoui Abdellaoui, membre de l’Académie, a indiqué que cette rencontre, tenue sous le thème « Des nourritures frumentaires aux nourritures spirituelles », s’inscrit dans le cadre du cycle de conférences organisées à l’occasion de l’exposition « Trésors de l’Islam en Afrique: de Tombouctou à Zanzibar », qui se poursuit jusqu’au 25 janvier 2020.

Architecte et docteur en Anthropologie, Salima Naji exerce au Maroc en privilégiant les matériaux locaux dans le respect de l’environnement et de la culture des lieux. Parallèlement à ses recherches, elle s’investit depuis plusieurs années dans des actions concrètes de sauvetage ou de développement culturel. Elle est auteure de plusieurs ouvrages de référence sur les architectures vernaculaires du Sud marocain.