Le Plan Maroc Vert dope le secteur agricole dans la région

Par Oumaima BERGUIG

Lancé en 2008, le Plan Maroc Vert a imprimé une nouvelle dynamique à l’agriculture dans la région de Rabat-Salé-Kénitra, hissée au peloton de tête des régions agricoles les plus actives dans un secteur aussi porteur.

Regorgeant d’importantes potentialités agricoles, la région se positionne désormais comme la première région du Royaume en termes de contribution au PIB agricole national avec 18% entre 2008 et 2018, comme l’attestent les statistiques officielles. Grâce à cette évolution du secteur agricole propulsée par le Plan Maroc Vert, le volume global des investissements en la matière a atteint 14,7 milliards de dirhams, dont 52 % sont publics et 48 % privés.

Depuis son lancement il y a près de douze ans, le Plan a insufflé un nouvel élan à l’agriculture et à l’économie en général en favorisant des niveaux de production significatifs et parfois même élevés dans certaines filières. En effet, Rabat et sa région participent actuellement à la production nationale avec des taux très importants selon les filières : 100% pour la tomate industrielle, 84% pour l’avocat, 80% pour le riz, 92% pour le tournesol, 72% pour la canne à sucre, 56% pour les fruits rouges et 50% le miel.

Rabat-Salé-Kénitra n’a pas uniquement bénéficié des projets ambitieux du Plan Maroc Vert pour faire de l’agriculture un pilier de son développement, mais elle a aussi enregistré des améliorations notables sur le plan social.

Sur ce registre, le Plan régional agricole a permis, selon la Direction régionale de l’agriculture (DRA), de faire progresser le nombre des jours travaillés par poste de 40% grâce à la bonne performance des chaînes de production du fait de l’expansion des surfaces cultivées, de la diversité des produits et du développement de la rentabilité.

Cette stratégie volontariste destinée à faire du secteur agricole un véritable levier de développement a également contribué à l’amélioration des revenus individuels et à la réduction de la pauvreté en milieu rural, sachant que plus de 10 millions de jours de travail ont été générés durant 10 ans dans la région, soit 71.000 emplois supplémentaires.

L’accent a été mis en outre sur la création de coopératives agricoles entrepreneuriales ainsi que par le développement des produits locaux avec une enveloppe budgétaire de 58,4 millions de dirhams entre 2008 et 2018, indique la DRA, soulignant que 96 organisations professionnelles, dont 56 organisations de femmes, ont vu le jour au profit de 1.800 bénéficiaires, dont 65% sont des femmes.

Il a été procédé dans le même contexte à l’aménagement de 15 centres de valorisation pour 272 femmes rurales, à l’intensification des formations et de l’effort d’assistance technique en matière des bonnes pratiques de production, de valorisation et de commercialisation, ainsi qu’à l’équipement de 15 unités de valorisation en faveur de 80 organisations.

Autre fait notable à cet égard, la campagne agricole 2019-2020 a démarré sous de bons auspices grâce aux mesures prises par la direction régionale de l’agriculture en collaboration avec les partenaires au niveau de la région.

Parmi les mesures prises, le directeur régional de l’Agriculture de Rabat-Salé-Kénitra, Aziz Bellouti a cité, dans une déclaration à la MAP, la distribution dans tous les points de vente de la semence sélectionnée, en plus de l’organisation de campagnes de sensibilisation et d’accompagnement des agriculteurs.

Autant dire que depuis son lancement, le Plan Maroc vert a contribué amplement à la création de coopératives agricoles dans différentes filières, au développement de la coopération entre l’Etat et les professionnels par le biais des contrats du programme, au lancement de projets d’amélioration de l’élevage, à l’intensification de la mécanisation agricole et à la gestion de l’économie de l’eau.