Le ministère de la Justice et l’UIR renforcent leur partenariat dans le domaine de la formation

Une convention-cadre de partenariat a été signée, jeudi, entre le ministère de la Justice et l’Université Internationale de Rabat (UIR), avec pour objectif de renforcer la coopération dans le domaine de la formation.

Paraphée au nom du ministre de la Justice par le secrétaire général du ministère, Abdelilah Lahkim Bennani, et le président de l’UIR, Noureddine Mouaddib, cette convention vise à renforcer la coopération entre les deux parties, notamment en contribuant à la mise en œuvre de la politique de formation dans le secteur de la justice et de développement des compétences, en particulier en matière d’organisation conjointe des conférences, des manifestations et des sessions de formation.

L’accord, d’une durée de trois ans, tend également à favoriser l’échange des expériences, le partage des bonnes pratiques et des documents, la formation et l’intégration des lauréats, et la coopération dans d’autres activités.

A cette occasion, M. Bennani a estimé, dans une déclaration à la presse, que la formation constitue un pilier du développement, ajoutant que cette convention intervient dans le cadre de la politique de renforcement et de valorisation du capital humain.

Elle s’inscrit également dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique du ministère relatif au soutien des compétences de toutes les composantes du système de la justice, a-t-il dit, soulignant que cette convention permettra aux professionnels de la justice de bénéficier d’un enseignement supérieur de qualité dispensé par l’UIR, ce qui se répercutera positivement sur la performance du système judiciaire.

Pour sa part, le Doyen de l’École de droit relevant de l’UIR, Amine Mezzouri, a indiqué, dans une déclaration similaire, que cette convention vise à améliorer la formation dans les métiers juridiques et judiciaires, notant que ce partenariat entre l’Université et le ministère aura une plus-value en matière de formation des étudiants et de valorisation du capital humain.

La convention prévoit, entre autres, des sessions de formation et des visites d’étude au profit des étudiants de l’Université, la prise de connaissance des jurisprudences et des documents nécessaires à la formation et à la recherche scientifique, tandis que le ministère mettra à la disposition de l’UIR des cadres et des experts dans les domaines juridique et judiciaire pour encadrer des séminaires et organiser des cours sous forme de simulations de procès et d’étude de cas pour davantage de professionnalisme.