Journée mondiale du diabète : Connaître l’ennemi pour mieux le combattre

La Journée mondiale du Diabète, organisée chaque 14 novembre, incarne la mobilisation collective contre cette maladie chronique, avec comme objectif d’accentuer la communication sur le diabète, sa prise en charge et surtout les moyens de le prévenir.

En cette conjoncture exceptionnelle marquée par la pandémie du Coronavirus, la mobilisation est d’autant plus vitale qu’un grand nombre de patients hospitalisés pour des formes sévères de Covid-19 ont le diabète.

Selon M. Hamdoun Lhassani, président de la Société marocaine d’endocrinologie diabétologie et nutrition (SMEDIAN), les personnes diabétiques ont été parmi les catégories les plus touchées par la Covid-19 et constituent une bonne partie des cas hospitalisés et des décès.

Le nombre de personnes diabétiques dans le monde connaît une hausse proportionnelle, pour avoisiner actuellement les 400 millions malades, a fait remarquer M. Lhassani dans une déclaration à la MAP.

Le plus grave encore c’est qu’un nombre important de personnes sont diabétiques sans le savoir, a-t-il relevé, précisant qu’ils représentent environ 50% des malades.

Ceux qui ne découvrent pas leur maladie d’une manière précoce subissent des complications qui touchent plusieurs organes comme les yeux, les pieds, le cœur ou les reins, ce qui entraîne d’autres problèmes de santé, a-t-il averti.

Pour M. Lhassani, la meilleure façon de remédier à cette problématique demeure la prévention.

« Nous recommandons la prévention par un régime alimentaire sain et la pratique d’une activité physique », a-t-il insisté, ajoutant que le diagnostic précoce est primordial.

Dans ce sens, le rôle des associations consiste à conseiller, sensibiliser et éduquer, a-t-il indiqué, ajoutant qu’il faut focaliser davantage sur les zones reculées pour sensibiliser la population quant à cette maladie et porter plus d’intérêt à l’élément humain spécialisé.

Il a dans ce contexte salué le projet de généralisation de la couverture sociale qui aidera plus de personnes diabétiques à supporter la charge des soins.

Sur le plan international, l’organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, en avril dernier, le lancement d’un Pacte mondial contre le diabète avec pour objectifs de réduire les risques de développer la maladie et permettre à tous ceux qui sont diagnostiqués d’avoir accès à un traitement et des soins abordables.

D’après l’Organisation mondiale, le nombre de décès liés au diabète a progressé de 70% depuis 2000, s’élevant à environ 1,5 million décès par an. Plus de 420 millions de personnes sont atteintes de diabète, dont la plupart vivent dans des pays en développement. Le surpoids et l’obésité constituent des facteurs à l’origine de la forte augmentation observée ces dernières décennies.

Le diabète est une maladie chronique qui apparaît lorsque le pancréas ne produit pas suffisamment d’insuline, une hormone qui régule la concentration de sucre dans le sang, ou lorsque l’organisme n’utilise pas correctement l’insuline qu’il produit.

Le diabète de type 1 se caractérise par une production insuffisante d’insuline, laquelle doit donc être administrée quotidiennement. Le diabète de type 2, le plus courant, résulte d’une mauvaise utilisation de l’insuline par l’organisme, et est souvent la conséquence d’un excès pondéral et de l’inactivité physique.