INDH/Skhirate-Temara : un accompagnement des plus prometteurs aux porteurs de projets

Le soutien financier aux jeunes porteurs de projets et leur accompagnement sur la voie de l’insertion professionnelle  rencontrent un franc succès au niveau de la préfecture de Skhirate-Temara, en concrétisation des programmes de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Ainsi, près de 2.5 millions de dirhams ont été déboursés au profit de 21 jeunes porteurs de projets au niveau de la préfecture, dans le cadre de la 3ème phase du programme « Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes », de l’INDH au titre de l’année 2021.

Pour cela, le Comité préfectoral de développement humain (CPDH) a approuvé le financement des projets de 21 jeunes issus de la plateforme des jeunes (Jussur), a fait savoir la cheffe de la Division de l’action sociale (DAS) à la préfecture Skhirate-Témara, Ouassila Belkasse, dans son allocution lors d’une cérémonie organisée à l’occasion de la célébration du 17ème anniversaire du lancement de l’INDH.

La phase 3 du programme « Amélioration du revenu et inclusion économique des jeunes » (ARIEJ), basée sur l’écoute, l’orientation et l’accompagnement est le fruit d’une approche novatrice, dont l’insertion au marché de l’emploi, la favorisation de la création de valeur et la garantie de la pérennité des PMEs, sont les principaux objectifs.

Dans le cadre de cette dynamique, les jeunes porteurs de projets de Témara et Skhirate, qui ont été sélectionnés pour bénéficier des prestations et installations dont dispose la plateforme, ont vu leur projet recevoir un vrai coup de boost, à l’image de Hosam Eddine Boudarraja (22 ans), détenteur d’une Agence de marketing digital, qui a qualifié le financement de la plateforme d’accélérateur du processus de matérialisation de son projet.

« J’ai découvert les prestations de la plateforme à travers les espaces de coworking, mis à disposition au profit des jeunes », a-t-il confié au micro de M24, la chaîne d’information en continu de la MAP.

Après avoir bénéficié d’un accompagnement et de formation dans l’entrepreneuriat, dispensé par des cours en fiscalité, droit et comptabilité, entre autres, le jeune entrepreneur se félicite du fait qu’au bout de 3 mois, son projet a pu voir le jour.

M. Boudarraja a fait savoir qu’un accompagnement post-création vient s’ajouter une fois le projet lancé, à travers des visites de prise de connaissance des besoins et problématiques auxquelles l’auto-entrepreneur fait face.

Afin d’améliorer la qualité de l’accompagnement des jeunes porteurs de projets, la nouvelle feuille de route du programme ARIEJ a conduit le CPDH a noué des partenariats avec divers établissements privés ou publics, dont l’ANAPEC qui a appuyé le projet de pâtisserie de la jeune, Latifa Akhnijar.

La native de Skhirate a salué la qualité de l’accompagnement assuré auprès des jeunes, affirmant avoir appris les bonnes techniques pour développer davantage son projet.

De son côté, Mourad Nacer, porteur d’un projet de broderie en phase de pré-création, s’est montré satisfait du bon déroulement de l’accompagnement et de la formation reçus au sein de la plateforme des jeunes (Jussur).

Outre l’axe de l’entrepreneuriat, le programme ARIEJ œuvre à l’inclusion économique des jeunes à travers un deuxième axe de l’employabilité, qui se décline en 4 étapes, à savoir le diagnostic du marché du travail, la formation des jeunes, la connexion à l’environnement économique et institutionnel et enfin le recrutement.

Le programme comprend également un troisième axe dédié à l’économie sociale et solidaire, caractérisé par un appel à projet afin de sélectionner les coopératives et les sociétés intéressées par les filières à forte valeur ajoutée au niveau de la préfecture de Skhirate-Temara, identifiés dans le cadre d’une étude menée par le programme.