Couverture sociale: Cinq questions au directeur régional de la CNSS Kénitra-Khémisset

Propos recueillis par Abdelilah EDGHOUGUI-

Le directeur régional de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) Kénitra-Khémisset, Yassine Bengueddour a accordé une interview à la chaîne d’information de la MAP « M24 », dans laquelle il a passé en revue les actions mises en place pour réussir le chantier de la généralisation de la couverture sociale.

1- Comment la CNSS s’est-elle développée pour mieux servir ses bénéficiaires ?

Fondé en 1959 au profit des salariés de l’industrie, du commerce et des professions libérales, le régime de la CNSS a élargi ses prestations, à partir de 1961, pour toucher d’autres secteurs comme l’agriculture, l’artisanat et la pêche maritime, jusqu’à l’entrée en vigueur de l’assurance maladie obligatoire (AMO) en 2005.

Les procédures et mesures adoptées par la CNSS ont contribué à l’augmentation des bénéficiaires, dans le mesure où le nombre des salariés déclarés est passé de 1,5 million en 2005 à 3,5 millions bénéficiaires en 2020.

S’alignant sur cette stratégie de proximité, la CNSS Kénitra-Khémisset, qui fait partie des 13 directions régionales implantées à travers le Royaume, met à la disposition de ses clients 17 services au niveau du siège central. Celle-ci coiffe aussi sept agences sises à Souk Larbaa du Gharb, Sidi Kacem, Khémisset, Sidi Slimane et Ouezzane, outre les deux antennes de Kénitra.

2- Si la région du Gharb demeure un pôle économique au grand potentiel, qu’en est-il de la couverture sociale ?

S’agissant du portefeuille clients 2020 (entreprises, salariées et ayants-droit), la CNSS Kénitra-Khémisset compte plus de 12.000 affiliés (entreprises) et plus de 181.000 salariés déclarés, dont 1.495 nouvelles affiliations (entreprises) en 2020 et 31.900 nouvelles immatriculations (salariés).

Pour ce qui des prestations fournies au cours de l’exercice écoulé, nous avons traité plus de 236.000 dossiers de couverture médicale et plus de 121.000 dossiers traités dans le cadre des prestations sociales, soit plus de 358.000 dossiers au total.

Les services de la direction régionale se chargent du traitement de 80% de dossiers de l’amont à l’aval, jusqu’au remboursement du bénéficiaire.

3- Quels sont les principaux secteurs concernés par la couverture médicale ?

La CNSS Kénitra-Khémisset gère au quotidien trois secteurs propices dans la région, à savoir le régime général, le régime agricole et le régime du marin pêcheur.

Au sujet du régime général, il concerne la zone franche « Atlantic Free Zone » (AFZ), qui compte 47 sociétés affiliées et déclarent plus de 44.000 assurés, soit un quart de la totalité des salariés déclarés dans la région.

Le régime agricole concerne, quant à lui, plus de 58.000 ouvriers et ouvrières déclarés, tandis que près de 412 embarcations réparties entre les ports de Mehdia et Moulay Bousselham sont couvertes par les services de la sécurité sociale, soit près 1.696 marins pêcheurs déclarés.

4- Quelles sont les prestations assurées par votre entité ?

Les services de la direction régionale portent, essentiellement, sur les prestations familiales et sociales à court et à long terme (allocations, indemnités, pensions, etc.).

Dans le cadre de l’AMO, la CNSS Kénitra-Khémisset assure un panier de soins notamment l’hospitalisation, les opérations chirurgicales et le dentaire, sachant que le remboursement oscille entre 70% et 100% pour les greffes d’organes.

En ce qui concerne la couverture sociale et médicale de base au profit des actifs non salariés, la CNSS a entamé ce processus depuis 2020 avec les huissiers de justice, les guides touristiques, les sages-femmes, les kinésithérapeutes, les Adouls et les architectes, ainsi que les professionnels, commerçants et artisans concernés par le régime Contribution Professionnelle Unique (CPU).

Ces efforts s’inscrivent dans le cadre des hautes orientations royales traduites dans la loi cadre 09-21 relative au projet de la généralisation de la couverture sociale.

Ce chantier, dont la mise en œuvre s’étale sur cinq ans (2021-2025), regroupe quatre volets principaux, à savoir l’élargissement de la couverture médicale de base à l’ensemble des Marocains (2022), la généralisation des allocations familiales (2023-2024), la retraite et la perte d’emploi (2025).

5- La digitalisation est devenue une priorité stratégique pour les pouvoirs publics, comment vous vous adoptez à cette nouvelle orientation ?

Parallèlement aux services fournis à ses clients, la CNSS Kénitra-Khémisset opte pour une stratégie reposant sur la digitalisation pour accélérer et améliorer ses services et la simplification des procédures.

De manière globale, la CNSS a mis en ligne plusieurs plateformes, à savoir le site électronique, le portail des travailleurs non salariés (immatriculation en ligne, gestion des cotisations, consultation des prestations et édition de documents..), et la prise de rendez-vous en ligne qui permet aux assurés et aux affiliés de demander en ligne un RDV pour se présenter à l’entité souhaitée.

En outre, la CNSS propose le portail « Assuré » qui offre une panoplie de services à distance. Il est consulté par plus de 57.000 utilisateurs chaque mois.

L’application mobile « Ma CNSS » reste aussi l’une des solutions développées par la Caisse, qui permet, mensuellement, à plus de 493.200 usagers d’accéder à leurs espaces privés.

Pour le portail « Damancom », il est à la disposition des affiliés pour déclarer leurs salariés, dont le paiement et la déclaration varient entre 76% et 91% via cette plateforme.

Un autre portail a été mis en place au profit des professionnels de la santé pour suivre en temps réel les dossiers médicaux de leurs passions, ainsi que les prestations accordées par la CNSS

Le centre « Allo Damane » assure, quant à lui, la gestion des relations client à distance avec plus de 30.000 appels et 5.600 e-mails par mois, en plus d’un serveur vocal dédié à l’accès rapide à l’information avec en moyenne 74.390 appels par mois.

Ces services électroniques seront développés davantage pour que la CNSS puisse accompagner le grand chantier de la généralisation de la couverture sociale et médicale à l’horizon 2025.