Au cœur des Jardins exotiques de Bouknadel, des élèves explorent l’art de distiller les plantes aromatiques

Au cœur des Jardins exotiques de Bouknadel, des élèves ont eu droit, dimanche, à une profusion de stimuli olfactifs, à l’occasion d’une journée de distillation traditionnelle des plantes aromatiques, organisée sous l’égide de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement.

Dans une ambiance conviviale et bon enfant, des bénévoles de l’Association des amis des jardins exotiques de Bouknadel ont donné une démonstration des procédés d’extraction par distillation de la fleur d’oranger et des pétales de rose, au grand bonheur des apprenants et des visiteurs qui suivaient attentivement cette méthode très répandue chez les familles des grandes villes marocaines.

Cette activité vise à faire revivre un héritage qui remonte à la période de la présence arabe en Andalousie et une tradition bien enracinée chez les anciennes familles des villes marocaines, a déclaré le vice-président de l’Association, Abdelati Lahlou.

Elle entend également préserver ce savoir-faire séculaire en tant que patrimoine immatériel qu’il faut perpétuer et promouvoir davantage, particulièrement auprès des jeunes générations, a-t-il ajouté.

Selon lui, l’eau de fleur d’oranger amer était et demeure très prisée par les Marocains en raison de ses multiples usages, que ce soit dans les fêtes, la cuisine ou la cosmétique.

De son côté, le directeur des Jardins exotiques, Brahim Haddane, a souligné que cette démonstration est organisée dans le cadre du programme de sensibilisation des jeunes à la protection de la nature, à la préservation de la diversité biologique et à l’éducation environnementale.

Elle a aussi pour objectif, selon M. Haddane, d’initier les élèves, les femmes et les membres d’associations aux différentes étapes de distillation des plantes aromatiques en général, et de la fleur d’oranger en particulier.

Pour sa part, le président de l’Association marocaine la Main à la Pâte, Abdelwahed Habibi, a expliqué que cette activité singulière s’inscrit dans le cadre du patrimoine immatériel qu’il convient de préserver.

Parallèlement à ces activités et dans le cadre du partenariat entre l’Association la Main à la Pâte et plusieurs établissements scolaires, en coordination avec les Jardins exotiques de Bouknadel, un nombre important d’étudiants bénéficient au quotidien de visites encadrées pour les sensibiliser à l’importance du climat et de la biodiversité dont regorgent les Jardins exotiques, a-t-il poursuivi.

Cette journée s’inscrit dans le cadre du programme d’éducation et de sensibilisation mené par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement au profit des jeunes pour la protection de la nature, la préservation de la biodiversité et l’éducation à l’environnement, ainsi que dans le cadre de la consolidation et la valorisation du patrimoine marocain traditionnel.