Des panélistes appellent à Sidi Bouknadel à promouvoir la R&D au profit des océans

Les panélistes participant à une conférence internationale, tenue lundi à Sidi Bouknadel, ont appelé à promouvoir la recherche et développement ainsi que l’innovation pour une exploitation et gestion durables des océans.

Intervenant lors Conférence internationale “Blue Talk”, organisée par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement en partenariat avec l’ambassade du Portugal au Maroc, les différents intervenants ont souligné l’importance de la recherche scientifique et de l’innovation pour une meilleure protection des océans, surtout contre la pollution marine.

“La R&D en économie bleue est importante”, a souligné Mohamed Bachiri, vice-président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), lors d’un panel de haut niveau traitant de “La Conférence des Nations Unies sur les océans à Lisbonne, quel rôle pour la science et l’innovation ?”, estimant qu’un travail doit encore être réalisé en matière de “biotechnologie bleue”.

M. Bachiri, qui a salué les efforts du Maroc en matière de dessalement des mers et de l’aquaculture, a indiqué que le Maroc dispose d’un potentiel important en matière de recherche et développement.

Pour sa part, Rolande Djatougbe Aziaka, présidente de l’Association Welfare au Togo a estimé que la science doit trouver des solutions à la pollution marine et proposer des actions concrètes.

Mme Aziaka, également facilitatrice pour le groupe des ONG au sein du Programme des Nations unies pour l’environnement a mis en garde contre la pollution marine qui impacte la santé des océans, appelant à la qualifier de crime environnemental et d’indemniser les victimes des crimes environnementaux.

Gabriel Akoko Juma, responsable du point nodal Afrique du groupe de travail informel de la Décennie de l’océan pour les professionnels de l’océan en début de carrière (ECOP) a présenté un aperçu sur ce groupe qui a pour mission “d’intégrer de nouvelles façons de penser aux défis mondiaux de la durabilité et de l’intendance des océans par le biais d’un engagement diversifié”.

Le programme ECOP offre aux professionnels de l’océan des opportunités de mise en réseau et de développement professionnel dans le cadre de la Décennie des Nations Unies pour l’océan et veille sur le transfert des connaissances entre les professionnels de l’océan expérimentés et ceux en début de carrière, a fait savoir M. Akuko Juma.

Le “Blue talk” intitulé “Conférence des Nations Unies 2022 sur les Océans: quels rôles pour la science et l’innovation au Maroc et en Afrique ?” a connu la participation d’éminentes personnalités marocaines et portugaises ainsi que d’experts dans le domaine océanographique et de représentants de la société civile, notamment Vladimir Ryabinin, Secrétaire exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale de l’UNESCO (COI UNESCO), et Peter Thomson, Envoyé Spécial pour les Océans du Secrétaire Général des Nations Unies.

Outre ce panel de haut niveau, l’événement, abrité par le Centre International Hassan II de Formation à l’Environnement a été aussi marqué par un Panel expert.