Les petits métiers de l’Aid Al-Adha fleurissent à nouveau

Par : Oumaima BERGUIG

Alors que Aid Al-Adha approche à grands pas, une panoplie de métiers occasionnels fleurissent et s’installent dans les rues et les ruelles des médinas, souks et quartiers populaires de la ville de Kénitra, apportant un charme original et particulier à la capitale du Gharb.

Célébrée vendredi prochain, dans une conjoncture marquée par la pandémie du coronavirus, cette grande fête religieuse de l’Islam ressuscite des métiers saisonniers, tels que l’aiguisage des couteaux avec meuleuse traditionnelle, la vente du charbon de bois et des fourrages pour bétail, la cuisson traditionnelle des têtes et pieds d’agneau au feu de bois, ainsi que la vente d’épices spécialement préparées pour la fête du sacrifice.

Ces activités fortement ancrées dans le rituel du sacrifice et amplement liées à cette tradition musulmane permettent à des métiers liés à la fête d’engranger un revenu pour garnir leur bas de laine et arrondir les fins du mois difficiles.

Pour Hicham, un aiguiseur de couteaux, « Aid Al-Adha de cette année est exceptionnel car il sera fêté dans des conditions très spéciales dues à la Covid-19 et qui nécessite le respect total des mesures préventives et sanitaires préconisées par les autorités ».

« Actuellement, je me prépare pour m’installer dans la médina afin de subvenir aux besoins des citoyens désirant bénéficier de mes services, en ayant à l’esprit le besoin de me conformer aux mesures de précaution, notamment le port du masque, la désinfection des mains et de tout le matériel avec lequel je travaille, mais aussi la distanciation physique », a-t-il déclaré à la MAP.

Hicham, un aide mécanicien reconverti en aiguiseur de couteaux à l’occasion de l’Aid, a confié que ce travail saisonnier lui permet de générer un revenu modeste pour venir en aide à sa famille, surtout durant cette période difficile marquée par la crise du coronavirus.

De son côté, Redouane, un père de famille, a souligné dans une déclaration similaire que ces petits métiers rendent beaucoup de services aux citoyens et favorisent le bon déroulement du sacrifice.

« Ils nous apportent une aide constante puisqu’ils sont répandus un peu partout dans les différents quartiers de la ville », a-t-il dit, relevant qu’au jour de l’Aid, les bouchers ambulants affluent dans les quartiers de Kénitra afin de proposer leurs services.

Ainsi et pour le bon déroulement de cette journée de fête, le ministère de l’Intérieur avait pris une série de mesures pour l’organisation de l’opération de sacrifice dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus (Covid-19).

Le ministère a indiqué que des autorisations seront délivrées par les autorités locales aux bouchers professionnels et saisonniers et que ceux-ci seront soumis à des tests de Covid-19, en coordination avec les autorités sanitaires compétentes.

Ils seront également dotés d’outils et produits susceptibles de garantir le respect des mesures préventives en vigueur, comme les masques de protection, les produits antiseptiques et les désinfectants.